Aire Libre. Saison 2021-2022

Une nouvelle saison qui commence, en espérant qu'elle puisse enfin se dérouler de bout en bout !

Au programme, des propositions qui n'ont pas pu se tenir l'année dernière côtoient les nouvelles annonces. Croisons les doigts !

Comme les années précédentes je suivrai avec plaisir la saison accompagné de mon appareil photo.

Lancement saison-Aire Libre 21-22-Loewen photographie (2).jpg
 
Annonce de la programmation

Soirée de lancement, tous les aperçus et descriptifs de la saison sont disponibles ici : programme saison

Bachar Mar-Khalifé - On Off
 

"Retrouvailles" avec Bachar Mar-Khalifé puisque j'avais eu l'occasion de le voir sur scène il y a quelques années dans le cadre du festival Mythos. Pour cette date il nous présentait son 5e album, "On Off", enregistré dans son pays natal au Liban, dans la maison familiale. Le titre fait référence aux coupures régulières de courant qui rythment les journées dans ce pays… Une musique à fleur de peau, qui prend régulièrement aux tripes, des boucles aux pianos traversées par des envolées qui nous surprennent. La voix apparait parfois, aérienne, et toujours parfaitement soutenue par une belle section rythmique. C'était bien pour commencer la saison !

Bajour - A l'Ouest - Résidence
 

Je retrouve ici la compagnie Bajour pour une 2e série de photos en résidence après la première il y a quelques mois. La pièce, "A l"ouest", a bien évolué ! Lo'ccasion de faire des photos en situation réelle avec décors, éclairages... La pièce est programmée pour novembre dans le cadre du festival TNB.

 
Arnaud Stephan & Bumpkin Island - le festin de Babette

Le groupe Bumpkin Island et le comédien Arnaud Stephan se réunissent pour créer une lecture musicale de la nouvelle Le Festin de Babette de Karen Blixen, récit qui entremêle les arts, la cuisine évidemment, mais aussi la musique et le chant. L’univers musical de Bumpkin Island apporte une dimension épurée et nostalgique. La singularité de leurs créations sonores – équilibres maîtrisés de guitares et claviers, voix envoûtantes et envolées de cuivre – et l’habitude du groupe de composer collectivement, permettent d’imaginer ensemble ce spectacle musical.

 
Nu - David Gauchard / L'unijambiste

David Gauchard pose son regard sur un métier méconnu, source de fantasmes et d’idées préconçues. À la rencontre des modèles vivants, le metteur en scène interroge la nudité et esquisse un portrait. Une enquête pour tenter de comprendre et incarner le nu artistique, social et politique.

David Gauchard et Léonore Chaix ont interviewé et enregistré des modèles professionnels venus d’ateliers de dessin, de musées ou d’écoles d’art. Ce temps d’échange et d’écoute a permis d’entendre les motivations de ces personnes qui ont fait vœu d’immobilité, leurs sensations, leurs expériences, et au-delà, lever le voile sur ce métier, ses règles et ses fantasmes.

Ce travail de collecte est restitué au plateau par le principe du jeu à l’oreillette. La comédienne Emmanuelle Hiron et le comédien Alexandre Le Nours incarnent ces récits pour esquisser en temps réel le corps de ces modèles, la beauté des contours, la complexité, l’humour et la fragilité de ces êtres qui toujours tiennent la pose.

 
Carte Noire nommée Désir - Cie Dans le Ventre

Carte Noire nommée Désir commence par une blague en forme de point d’interrogation sur les boissons chaudes, le colorisme et le colonialisme. Elle devient la fabrication d’une communauté sur scène entamant un voyage initiatique poétique de réappropriation de leur Histoire de femmes noires dans un pays qui n’est pas décolonisé de ses imaginaires. Ensemble, les huit interprètes multiples mais unifiées, se transforment sans cesse, elles sont des Alices trop souvent inadaptées au monde et glissent dans un long tunnel avec à chaque bout, leur affreux-passé et leur afro-futur. Le temps y est distordu, interminable et insaisissable.

Elles interrogent l’hypersexualisation et l’exotisation de leurs corps, leur aliénation à la blanchité et l’histoire coloniale, leur visibilité et leur invisibilité en France et bordures, les modèles avec lesquelles elles grandissent, leur communauté noire sur le besoin de respectabilité et les secrets de famille qui brouillent toutes perspectives de projection. C’est une tentative d’œuvre performative d’empuissancement qui n’épargne ni les oreilles ni les yeux. Rébecca Chaillon

 
Rodolphe Burger, Erik Marchand et Mehdi Haddab

En 2004, Rodolphe Burger, Erik Marchand et Mehdi Haddab étaient à l’origine de Before Bach, un projet de rencontre musicale entre différentes cultures, incarnées par le rock-blues et le chant traditionnel breton, ayant donné naissance à un album du même nom.

Plus de 15 ans après, les trois partenaires renouent leurs armes, voix, guitare et oud, pour un concert sous le signe de l’échange et de la mixité. En 2019, ils se retrouvaient déjà en studio pour accroître leur répertoire, élaboré avec plusieurs de leurs compagnons de route : Pauline Willerval (gadoulka), Julien Perraudeau (basse, synthé) et Arnaud Dieterlen (batterie). À la clé : Glück Auf ! ̧ un album dont la sortie est prévue en 2021.

Imarhan
 
Mélissa Laveaux

Mélissa Laveaux était de passage à l'Aire Libre pour son 4e album, "Mama Forgot Her Name Was Miracle". Pour découvrir son portrait un article de Libération.

 
Circulations Capitales - Lumières d'août

« Entre Viêtnam, France et Russie, nous sommes partis à la recherche de nos mémoires familiales, de leurs non-dits, de leurs bruits et silences, de leurs liens à la grande Histoire. Ceci pour remettre en circulation les langues et les héritages, les transmissions interrompues. Et observer comment les grandes idéologies (colonialisme, christianisme, communisme, capitalisme) se sont entrelacées dans nos biographies, dans nos corps, dans nos histoires familiales – comment elles y résonnent, quelles forces ou quelles blessures elles y ont inscrit. Nous avons parcouru Saïgon et sa géographie en lien avec ces histoires. Partagé aussi ces questionnements avec d’autres habitant.es de la ville, pour faire émerger des récits singuliers et universels, naviguant entre les pays et les continents. À partir de ces matériaux reliant l’intime et le politique, condensant des vertiges, nous avons construit et imaginé des formes théâtrales, destinées à être jouées au Viêtnam comme en France. » Marine Bachelot Nguyen